Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

06 avril 2021

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Le travail d’André Laramée reconnu par Québec

André Laramée

©Gracieuseté

Bénévole depuis une trentaine d’années, André Laramée a vu son travail souligné par le gouvernement du Québec qui lui a remis le Prix de reconnaissance des bénévoles en matière de véhicules hors route pour l’Outaouais dans la catégorie motoneige.

Le résident de La Minerve dans les Laurentides est impliqué avec le club de motoneige Les Maraudeurs situé à Duhamel. Il est notamment responsable des droits de passage et des travaux sur les sentiers de ce club qui fait le lien entre les deux régions.

«On travaille fort, il y a beaucoup d’effort là-dedans, beaucoup de bénévolat, souligne-t-il. J’ai quand même un bon support par les bénévoles. On implique les gens. Il s’agit que tu sois un bon leader pour impliquer les gens pour avoir un coup de main.»

Il est impliqué depuis que La Minerve a rejoint le club de motoneige au milieu des années 90. «C’est moi qui ai fait qu’ils passent par La Minerve», rappelle-t-il.

Pour lui. C’était important à ce moment-là de développer ce créneau. «J’ai un commerce et dans mon village, il n’y avait pas d’activités liées à la motoneige. Avec des bénévoles, on a décidé de s’associer avec Duhamel pour faire un sentier qui vient à La Minerve et continuer vers le parc linéaire. Pour faire un circuit de motoneige.»

À ce moment-là, la motoneige était en pleine expansion à travers le Québec et il voyait le développement de ces sentiers comme un atout touristique important pour sa petite municipalité. Et c’est encore le cas aujourd’hui.

«Ça apporte une économie régionale. C’est un moteur économique qu’on ne peut pas se passer l’hiver dans une petite place comme ici. C’est un moteur économique.»

Et c’est la même chose pour les autres petites municipalités qui se retrouvent dans ces sentiers, indique-t-il. Tous les petits villages profitent de ce lien entre l’Outaouais et les Laurentides.

Sans ces sentiers, il n’y aurait pas autant de tourismes dans la région qui viennent profiter du plein air la fin de semaine sur les motoneiges. «Si tu n’as pas d’activités dans ton village, les gens vont aller ailleurs.»

C’est ce qui le motive à continuer depuis toutes ces années à mettre les efforts dans ce club. Et il a toujours la volonté de continuer. «On travaille déjà pour l’an prochain pour l’amélioration des sentiers.»

Avec tout ce travail, combiné à la gestion de son entreprise, il ne reste plus beaucoup de temps pour André Laramée pour profiter lui-même des sentiers en hiver. Même si ses randonnées sont plus courtes qu’avant, il continue d’être présent pour les autres motoneigistes. Et il espère, un jour, pouvoir reprendre ces plus longues randonnées. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média