Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

26 mars 2021

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Ripon veut diversifier ses arbres

Isfort

©Gracieuseté

Alors que plusieurs arbres sur le territoire de la municipalité sont en fin de vie et qu’il y a peu de diversité, Ripon travaillera avec ISFORT pour un nouveau projet de plantation d’arbres au cours des cinq prochaines années.

Le projet Forêt urbaine de Ripon est venu à la suite d’une étude menée par la firme Eco2Urb qui dévoilait que 24% des arbres de Ripon sont en fin de vie et que 44% des arbres sont issus du même groupe fonctionnel (par exemple les conifères).

Ainsi, grâce à cette entente, au moins 650 arbres vont être plantés au cours des cinq prochaines années sur le territoire riponnais. Le nombre pourrait être plus élevé puisque l’ISFORT travaille toujours sur des subventions.

Ce projet est important pour aider la municipalité à avoir une forêt urbaine mieux adaptée pour le futur, explique le coordonnateur de l’ISFORT, Benoit Gendreau-Berthiaume.

«Les arbres qui sont dans le même groupe fonctionnel sont susceptibles d’être affectés par les mêmes perturbations comme la sécheresse, la maladie et les insectes.»

«En augmentant la diversité d’espèce et la diversité fonctionnelle, on augmente la résilience des arbres face à ces futures problématiques qui peuvent apparaitre.»

C’est important pour ne pas risquer de perdre une grande quantité d’arbres en même temps et, par le fait même, les avantages qu’ils apportent. «Les arbres urbains apportent plusieurs services comme l’ombrage, ils peuvent capter l’eau de ruissellement, ils peuvent aussi avoir un impact sur la qualité de l’air, la captation du carbone. Si on les perd de façon drastique rapidement, ça peut affecter la qualité de vie des citoyens du village.»

Terrain privé

Pour atteindre l’objectif de plantation d’arbres dans les cinq prochaines années, l’ISFORT va planter des arbres sur les terrains municipaux, mais aussi sur des terrains privés.

Un appel est d’ailleurs lancé aux résidents pour participer à ce projet en accueillant un arbre sur leur terrain. «Nous, on va s'occuper de fournir l'arbre, fournir la main-d'œuvre pour venir le planter, indique Benoit Gendreau-Berthiaume. Par la suite, ce qu'on attend des citoyens, ça va être de faire l'entretien minimal des arbres dans les premières années après la plantation.»

«c’est un projet qu’on veut collaboratif avec tous les résidents de la municipalité pour atteindre nos objectifs.»

Bourse

Par ailleurs, deux autres éléments sont en lien avec ce projet. D’abord, la municipalité de Ripon va accorder une bourse à un étudiant de l’ISFORT par année pendant cinq ans.

Pour cette année, la bourse est remise à un étudiant qui va aider à mettre en place le projet dans les prochaines semaines. Par la suite, la bourse sera remise à des étudiants qui travailleront  sur des projets visant à valoriser la plantation d’arbres et la diversification de la forêt urbaine.

De plus, l’ISFORT entend développer un projet de pépinière à Ripon pour l’aider à préparer des arbres. «On a déjà une serre mise en place sur un terrain de la municipalité. À côté de ce terrain-là, on a planté des surplus d’arbres des projets de recherche qu’on a eus dans les dernières années.»

Ces arbres seront utilisés pour le projet avec Ripon et l’institut va en faire pousser d’autres. «On va aussi acheter d’autres essences d’arbres qui sont moins dispendieuses à plus petit calibre pour les faire grandir dans cette petite pépinière et les transplanter dans les prochaines années.»

Une conférence sera présentée sur ce projet par Christian Messier le 29 mars 2021 de 19h à 20h. Pour informations, visitez le isfort.uqo.ca/foret-urbaine-de-ripon/

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média