Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 mars 2021

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Vaccination: Le Complexe Whissell transformé

Vaccination Petite Nation

©L'info Petite Nation-Yannick Boursier

Une partie du Complexe Whissell à Saint-André-Avellin a été réaménagé pour accueillir le public qui viendra se faire vacciner pour le COVID dès jeudi.

L'info Petite Nation est allé visiter les installations à quelques jours du début de cette vaccination pour voir comment fonctionnera une visite.

C’est en arrière à gauche que le site a été aménagé dans le Complexe Whissell. Les gens vont pouvoir entrer par une porte située en arrière et vont sortir par une porte sur le côté du site.

Le site a été aménagé pour permettre à un certain nombre de personnes d’être en attente. «Le but, c’est essayer de permettre aux gens qui viennent d’être à l’intérieur. De ne pas avoir à attendre à l’extérieur.»

Dans la « ligne d’attente », les gens pourront passer par les postes d’accueil avant même de rentrer dans la salle. À cette étape, la carte d’assurance maladie est nécessaire.

Une fois dans la salle, les gens seront envoyés vers un des cubicules qui fonctionnent pour la plupart en tandem. D’un côté, il y a l’évaluation de la personne et de l’autre, l’injection. «La personne est évaluée. Une fois évaluée, la personne s’assoit à côté pour avoir son injection.»  Le site de Saint-André-Avellin compte quatre stations évaluateur/injecteur.

Finalement, la personne se rend dans la zone post-vaccinale où elle doit attendre 15 minutes avant de pouvoir partir. Cette zone est une série de chaises séparées par des panneaux. «Il y a toujours quelqu’un qui circule pour voir si tout le monde est correct», indique Émilie Villeneuve, agente de communications au CISSSO.

Une fois l’attente terminée, si tout va bien, les gens peuvent quitter. Le tout devrait se faire assez rapidement, indique Mme Sirois. «Le plus long, c’est la zone d’attente de 15 minutes. On espère qu’à l’intérieur de 45 minutes, tout est terminé.»

Le site comprend aussi une salle de discrétion où les gens seront amenés en cas de besoin pour être sur une civière ou sur une chaise thérapeutique. Les gens qui savent qu’ils sont à risque de perdre connaissance lors d’une piqure peuvent aussi la recevoir à cet endroit.

Pour le moment, il est prévu que ce soit le vaccin Pfizer qui sera administré au site de Saint-André-Avellin. Les vaccins vont arriver de Hull tous les jours pour le nombre exact de doses inscrites à l’horaire cette journée-là. Donc, les responsables ne peuvent pas vacciner des gens n’ayant pas de rendez-vous. Sauf dans le cas où à la fin de la journée, des gens ne se sont pas présentés. Dans ce cas, ils doivent avoir un plan de contingence pour utiliser le vaccin.

Enjeux

Le site pour la Petite-Nation comporte quelques enjeux particuliers, reconnaît Nicole Sirois. Elle le connaît bien puisqu’elle s’occupe de la vaccination de l’influenza à cet endroit depuis quatre ans.

«Il va y avoir l’enjeu de la signalisation par rapport à la rue Séguin et au rang Sainte-Julie pour les gens qui ne connaissent pas vraiment le complexe», indique-t-elle. Une signalisation adéquate est prévue.

La question du temps d’arriver pourrait aussi être un élément à considérer puisque les gens vont venir de plus loin pour se faire vacciner. Il est demandé aux gens d’arriver au maximum cinq minutes avant leur rendez-vous. Et même dans la mesure du possible, de rentrer à l’heure de leur rendez-vous exactement.

Nicole Sirois est confiante que les gens suivront la règle. «Ça se pourrait que ce soit un enjeu. Mais étant donné que ça fait déjà deux ans qu’avec l’influenza qu’on fonctionne sur système de rendez-vous, c’est beaucoup moins pire qu’avant. Le pire qui peut arriver, c’est que les gens soient obligés d’attendre dans leur voiture.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média