Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

28 janvier 2021

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Mobilisation pour aider Rianna Sabrina Filion

Rianna Filion

©Gracieuseté

À l’âge de 15 ans, Rianna Sabrina Filion apprend qu’elle souffre d’un cancer. Alors qu’elle se sentait mieux depuis deux ans, la maladie l’a refrappée de plein fouet. La bataille se poursuit donc pour cette jeune Montebelloise maintenant âgée de 19 ans qui doit faire face à de minces chances de survie.

Rianna a été diagnostiqué en 2016 avec une tumeur au cerveau GBM (glioblastome multiforme). Un cancer où seulement 10% des patients survivent plus de cinq ans selon une étude réalisée en 2009 et dévoilée sur le site de la fondation canadienne des tumeurs cérébrales.

La jeune femme vit avec cette maladie depuis maintenant près de cinq ans. Après avoir vécu trois opérations et de la chimio jusqu’en février 2018, elle a connu un sursis de plusieurs mois. Toutefois, la maladie est revenue en avril 2020, au moment où tout allait bien pour elle. Elle venait d’acheter une voiture et suivait une formation professionnelle en restauration.

Elle a dû échanger tout ça pour deux autres opérations et de nouveaux traitements de chimio. Des traitements qui ne viendront pas à bout de cette maladie. «Ils me donnent des traitements juste pour me donner plus de temps, pas pour me guérir», explique-t-elle.

«C’est un cancer qui n’a pas un bon pronostic, ajoute-t-elle. Et j’ai déjà battu les statistiques parce qu’habituellement c’est environ 2 ans. Moi, ça fait cinq ans.»

Sans oublier les cinq opérations  qu’elle a dû subir. Elle aurait pu ne pas y survivre, souligne-t-elle. «Oui, j’ai été chanceuse. C’est dans le cerveau. S’ils coupent à la mauvaise place, ça se peut que je ne me réveille pas.»

Positive

La jeune femme reconnaît que cette maladie est difficile à plusieurs niveaux. Dans un premier temps, elle n’a pas de signe visible. Plusieurs personnes ne comprennent donc pas pourquoi elle est malade et doit aller chez le médecin.

La maladie lui a aussi causé des épisodes d’épilepsie dans les dernières semaines, la forçant à mettre en vente son automobile qu’elle venait d’acheter puisqu’elle ne peut plus conduire. Ce qui lui a fait perdre encore de la liberté, indique-t-elle.

Même si elle avoue que c’est difficile de passer à travers toute cette situation, elle tente de garder le sourire. «Oui, je suis positive, mais je fais face à la réalité. Je fais ce qu’ils me disent de faire. Ça ne m’aide pas tant que ça, mais ça me donne un peu plus de temps. C’est la seule affaire que je peux faire.»

Questionnée à savoir si elle vit sa vie différemment en sachant ce qui l’attend, Rianna estime que non. «Je suis encore chanceuse d’être ici. Je ne suis pas croyante, mais je remercie, parce que ça fait cinq ans.»

«Je ne sais pas combien de temps que j’ai, ajoute-t-elle. Mais c’est comme ça pour tout le monde. Quelqu’un pourrait traverser la rue et se faire frapper. Je pense que le fait que je suis jeune et résiliente, ça m’affecte moins.»

Nouvelle opération

La situation a toutefois ses limites pour Rianna. Dernièrement, ses médecins lui ont indiqué qu’il était possible pour elle d’avoir une autre opération au cerveau.

C’est cependant une opération très risquée et encore une fois, ça ne la guérira pas. Mais elle pourrait lui donner un peu plus de temps. Ou pas. C’est difficile pour les médecins de préciser, souligne la jeune femme.

Elle doit donc décider si elle veut encore courir ce risque. «S’ils me disaient : Ok, on va t’opérer et tu vas être guérie. Mais ce n’est pas ça. C’est pour me donner plus de temps et ils ne savent même pas combien de temps. Alors, ça me tente-tu vraiment ?»

La décision n’est pas facile pour Rianna, surtout qu’elle est passée par là cinq fois auparavant. Et les deux dernières opérations ont été plus difficiles à s’en remettre. «C’est facile de dire: fais-le, fais-le. Mais ce n’est pas toi qui le fais.»

Campagne de financement

Pour venir en aide à Rianna Sabrina Filion dans sa lutte contre sa tumeur au cerveau, des citoyens de Montebello se sont mobilisés pour lancer une campagne de financement.

C’est un ami de Rianna, Benoît Millette, qui est instigateur de cette campagne intitulée «Tous ensemble pour Rianna!» à laquelle s’est joint Kim Trudel, André Pilon et Julia Nadon.

Ils souhaitent inciter la population et les commerçants à faire un don pour aider la jeune femme dans ses frais liés à sa maladie, comme le transport et les médicaments.

Ils aimeraient aussi pouvoir gâter un peu Rianna alors que le pronostic n’est pas très encourageant pour le futur. «Elle aimerait voir les aurores boréales dans le Grand Nord», explique M. Millette.

L’objectif est d’amasser 8000$ grâce à cette cause. C’est le comptable André Pilon qui sera responsable de la gestion de cet argent qui sera sortie pour les besoins spécifiques de Rianna en lien avec sa situation, assure Benoît Millette.

Il a déjà été convenu que s’il reste de l’argent par la suite, il sera distribué à deux organismes: Centraide Outaouais et Opération Enfant Soleil.

Les gens pourront donner de différentes façons. Ils peuvent écrire à l’adresse tousensemblepourrianna@outlook.com pour entrer en contact avec les organisateurs de la campagne et savoir où aller porter de l’argent.

Les gens peuvent aussi visiter la page Facebook «Tous ensemble pour Rianna» pour faire un don par l'entremise d'une page gofundme.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média