Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

18 décembre 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

La situation devient problématique dans plusieurs hôpitaux

hopital Hull

©L'info de la Basse-Lièvre-Archives

Une dizaine d’hôpitaux à travers du Québec, dont l’hôpital de Hull en Outaouais, sont dans une situation problématique en lien avec les hospitalisations liées à la Covid.

Le cap des 1000 hospitalisations a été atteint hier, a souligné le ministre de la Santé, Christian Dubé. C’est près de la moitié des 2164 lits qui ont été libérés pour la Covid à travers le Québec. «La situation est très critique dans les hôpitaux.»

Même si le nombre d’hospitalisations est à moins de 50% du nombre total de lits disponibles, il faut prendre des mesures immédiatement, affirme M. Dubé. Il rappelle qu’il y a quelques temps, il y avait moins de 500 hospitalisations. «On a vu la vitesse à laquelle la situation peut dégringoler.»

Surtout que la situation n’est pas la même quand on regarde le portrait pour chaque hôpital. Certains ont encore beaucoup de places libres alors que d’autres approchent de la limite. C’est le cas d’une dizaine d’hôpitaux à Québec, Montréal, Gatineau, Trois-Rivières et Sherbrooke, entre autres.

Délestage

Pour faire face à cette situation, le gouvernement pourrait être obligé de demander encore plus de délestage, c’est-à-dire de repousser des opérations dans certains secteurs de la santé pour libérer des lits pour la Covid.

Présentement, la situation du délestage varie dans chaque hôpital, mais en moyenne, c’est entre 20% et 30% des opérations qui ont été repoussés. Dans certains cas, ça approche du 50%. «Là, où on ne veut pas se rendre, c’est tomber en bas du 50% des opérations.»

Pour ne pas arriver à cette situation, Christian Dubé lance un appel au public. D’abord, pour que les gens évitent les urgences le plus possible et se tournent plutôt vers les médecins de famille en cas de besoin.

Mais aussi en demandant aux citoyens de suivre les règles. Parce que le système de santé ne pourra pas se «permettre une flambée des cas après les Fêtes» selon lui.

«Chacun de nous peut faire une différence, selon le ministre. Lorsqu’on dévie d’une règle, on peut avoir un impact sur un lit qu’on enlève à quelqu’un d’autre. Lorsqu’on est rendu à 100 hospitalisations, il y a des chirurgies qui ne seront pas faites parce que quelqu’un n’a pas respecté les règles.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média