Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

16 décembre 2020

Sylvain Caron - scaron@inmedias.ca

Vandalisme fréquent au Parc des Montagnes noires

Parc Montagnes Noires

©L'info Petite Nation - Archives - Info Petite-Nation

Le Parc des Montagne noires à Ripon est victime de plusieurs actes de vandalisme depuis les dernières semaines.

La municipalité de Ripon tente de savoir qui sont les quadistes qui auraient détruit un sentier de vélo de montagne la fin de semaine dernière au Parc des Montagnes noires.

Selon une publication Facebook de la municipalité depuis retirée, les personnes ayant passé dans la piste de vélo de montagne auraient causé pour plus de 6000$ de dommages. L’administration municipale a d’ailleurs déposé une plainte officielle à la Sûreté du Québec (SQ) le 9 décembre dernier à ce sujet. «C’est bien désolant», déclare le maire de la municipalité, Luc Desjardins.

Afin de récolter de l’information, des photos provenant de diverses caméras de surveillance ont même été publiées par la municipalité sur leur page Facebook. Les photos ont depuis été retirées et selon la municipalité, les informations recueillies du public ont été transmises à la SQ.

Conséquence sur les quadistes

M. Desjardins trouve dommage que les quadistes soient mis en cause pour quelques individus et ne souhaite pas que ceux-ci paient pour le non-respect des lieux que d’autres peuvent avoir. «Je trouve ça plate parce que les quadistes ou les VTT vont être surveillés. Malheureusement, ce ne sont que quelques personnes qui ont fait ça», affirme-t-il.

À la fin de la publication dénonçant les actes de vandalisme, M. Desjardins inscrit que «ces commentaires ne s’adressent pas à l’ensemble des quadistes puisqu’ils ne sont pas tous fautifs de ces gestes malheureux qui peuvent cependant leur faire mauvaise presse».

Vandalisme répété

M. Desjardins ajoute qu’un chalet volontairement déverrouillé afin que les gens puissent aller s’y réchauffer est victime de vandalisme sur une base régulière depuis les dernières semaines.

Parmi les méfaits qui y sont commis, le maire mentionne du vol de bois de chauffage, des bris divers aux fenêtres et au revêtement extérieur en cèdre arraché pour démarrer des feux. «Il n’y avait pas de bois probablement et bien ils ont arraché du bardeau de cèdre pour allumer le poêle et chauffer», se désole-t-il.

Également, ce dernier rappelle le bris de certaines boîtes d’autoperception et de la galerie du chalet.

Luc Desjardins relate aussi de nombreux actes de vols commis au cours des dernières années à cet endroit. Exaspérée après deux vols du poêle à bois, la municipalité s’est contrainte à couler les pattes de celui-ci dans le béton.

Ceci est sans compter, selon le maire, le nombre d’autres biens qui ont été dérobés ou abimés allant de cheminées aux trappes d’aération. «Il n’y a rien qu’on ne s’est pas fait faire à ce chalet-là», souligne-t-il.

Entre vols et bris successifs, le maire de Ripon suggère qu’il pourrait y avoir des actions entreprises par la municipalité afin de limiter l’accès à ce chalet destiné à tous les visiteurs. «On se pose la question, qu’est-ce qu’on va être obligé de faire, lance-t-il. Est-ce qu’on va pénaliser les jeunes parce que deux ou trois idiots ont fait ça», se demande-t-il.

«C’est malheureux parce que c’est pour eux autres qu’on fait ça, qu’on entretient ça, qu’on met du bois de poêle et on se fait faire des affaires de même.»

Luc Desjardins maintient qu’il ne sait pas qui peut faire ce genre d’actes répréhensibles, mais demande aux utilisateurs d’être respectueux. «C’est ouvert à tous. Si quelqu’un veut aller se réchauffer, il faut qu’il puisse rentrer. Ramassez-vous, organisez-vous.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média