Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 décembre 2020

Sylvain Caron - scaron@inmedias.ca

Fortress: Un intérêt possible pour un redémarrage

Fortress

©Photo TC Media - Archives

L’usine Fortress de Thurso, maintenant fermée depuis plus d’un an, attire de l’intérêt de l’industrie sans toutefois avoir de repreneur officiel.

Alors que depuis la fermeture de l’usine Fortress, il y a maintenant plus d’un an, le maire de Thurso, Benoit Lauzon, déclare qu’il y a de l’intérêt de l’industrie pour en reprendre les activités, une compagnie vient de s’inscrire au registre des lobbyistes afin de discuter avec le gouvernement du Québec d’une possible relance.

Le mandat octroyé au lobbyiste en question stipule que celui-ci œuvrera au nom d’une compagnie à numéro afin de faire des démarches auprès du gouvernement pour obtenir un soutien financier afin de poursuivre une étude de faisabilité. Il est inscrit que «l’objectif des représentations est de présenter aux titulaires de charge publique visés (i.e. Ministère de l’Économie et de l’Innovation, Investissement Québec) une étude de faisabilité concernant le redémarrage de l'usine Thurso».

Déjà dans le domaine

La compagnie à numéro qui s’est inscrite au Registraire des entreprises du Québec en septembre dernier est la propriété de trois hommes : Jean-Paul, Larry et Denis Carrier, tous résidents du Maine.

Ceux-ci possèdent également quelques compagnies de transport de bois, mais Jean-Paul Carrier est aussi président de la compagnie Matériaux Blanchet, qui possède déjà des complexes de transformation de bois à Saint-Pamphile en Beauce et à Amos en Abitibi-Témiscamingue.

D’ailleurs, ces deux complexes à la fine pointe de la technologie, selon ce qu’indique le site web de la compagnie, ont eu droit à des investissements totalisant 55 M$ dans les dernières années, dont 30 M$, seulement en Beauce.

Beaucoup d’étapes et d'embuches à franchir

Comme le mentionne le mandat accordé au lobbyiste, la compagnie n’en est qu’à l’étape de la finalisation d’une étude de faisabilité pour laquelle elle désire parler avec le gouvernement afin d’obtenir un certain support financier pour la réaliser. Ce mandat a débuté le 25 novembre dernier et est prévu jusqu’au 31 décembre 2021.

En clair, rien n’est gagné pour une reprise rapide des activités de l’usine, car selon le maire de Thurso, plusieurs embuches restent à franchir au niveau gouvernemental pour arriver à repartir l’usine et l’industrie dans la région.

Lors d’une conférence de presse la semaine dernière, le maire de Thurso a rappelé au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, l’urgence d’agir afin de sauver l’industrie forestière en Outaouais et dans les Laurentides qui est en crise depuis plus d’un an. «On a des particuliers, des gens qui travaillent en forêt, qui sont principalement dans la Vallée-de-la-Gatineau, qui ont investi des millions parce qu’ils y croyaient et qu’ils faisaient un métier qu’ils aimaient, que leur équipement est stationné dans la cour aujourd’hui. Ces gens-là demain vont faire faillite. Si on ne reprend pas l’industrie forestière, ces gens-là vont faire faillite», a-t-il lancé.

Lorsque questionné à savoir s’il y avait des offres sérieuses sur la table, celui-ci a affirmé que personne n’en avait encore déposé, car les conditions favorables pour une exploitation rentable n’étaient pas au rendez-vous.

«On vit une crise. Il y a des solutions qui sont mises sur la table, qui ne sont pas considérées, qui ne se rendent pas jusqu’au pouvoir décisionnel.»

Benoit Lauzon

Il a ajouté aussi que la condition maitresse pour une reprise de l’industrie était la baisse des coûts d’approvisionnement de 30%, directement causés par la mise en place du présent régime forestier.

Au moment de mettre sous presse, notre demande d’entrevue avec M. Carrier n’avait reçu aucune réponse. De même, le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, n’avait pas émis de commentaires à cet effet.

Commentaires

9 décembre 2020

Mike Malade

Pourvu que c est gens là investissent de l argent de leur propre poche au lieu de gaspiller l argent des payeurs de taxes et d impot. Comme ca. Onnva etre rassuré de la facon qu ils gerereraient l argent!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média