Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

03 décembre 2020

Sylvain Caron - scaron@inmedias.ca

Crise forestière: Des hauts fonctionnaires bloqueraient les avancées

Conférence de presse forêt

©Sylvain Caron - Info Petite-Nation

Lors d’une conférence de presse, tenue ce matin, marquant la première année de la Cellule d’intervention sur la vitalité de l’industrie forestière dans les régions de l’Outaouais et des Laurentides, sa présidente, Chantal Lamarche, a déploré l’inaction du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), allant même jusqu’à prétendre que de hauts fonctionnaires bloqueraient les modifications demandées pour aider l’industrie.

Après plus d’un an de discussion entre les élus, les politiciens, les industriels et les fonctionnaires du gouvernement, les membres de la Cellule d’intervention en viennent à la conclusion que le dossier a fait du surplace et qu’absolument rien n’a avancé dans le dossier complexe qu’est celui de la crise forestière qui sévit en Outaouais et dans les Laurentides. 

Le préfet de la MRC de Papineau et co-président du comité de liaison de la Cellule d’intervention, Benoit Lauzon, indique qu’il y a de l’intérêt pour repartir la papetière Fortress et l’industrie, mais que les conditions n’étant pas présentes, aucune offre formelle n’est actuellement sur la table. «Les gens sont là pour pouvoir repartir. Il y a des investisseurs intéressés à repartir la papetière, mais les conditions ne sont pas là et le ministère ne veut pas les mettre en place.»

«Est-ce qu’il y a quelqu’un qui a signé pour la papetière ce matin? Absolument pas. Il n’a pas les conditions pour signer.»

Benoit Lauzon

Pour lui, la solution réside encore et toujours dans une baisse du coût d’approvisionnement des usines de 30%, comme il l’exprime depuis le début de la crise forestière actuelle. «C’est aussi simple que ça», lance-t-il.

Il déplore la difficulté de communication et d’interaction avec le MFFP et ses fonctionnaires. «Les gens n’écoutent pas, les gens ne travaillent pas avec nous, les gens ne travaillent pas avec nos industriels pour mettre les bonnes choses en place pour s’assurer une relance de notre industrie.»

Par contre, celui-ci sent une volonté de la part des ministres Mathieu Lacombe (Famille), Pierre Fitzgibbon (Économie et Innovation) et Pierre Dufour (Forêts, Faune et Parcs) pour résoudre la crise actuelle. «M. Lacombe, M. Fitzgibbon et M. Dufour, on travaille ensemble, on se parle toutes les semaines dans ce dossier-là. Ils travaillent avec nos industriels, mais quelque part ça bloque.»

Il soulève aussi le fait que le régime forestier est unique à l’ensemble de l’industrie partout au Québec et que le bois de feuillus ne représente qu’une faible partie de l’ensemble de l’industrie forestière. Selon lui, une partie du problème s’explique par ce fait. «Est-ce qu’on va modifier un régime qui va venir impacter 85% [de l’industrie]? Non. La problématique est là et c’est pour ça que le ministère ne veut surement pas modifier ce régime forestier là.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média