Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

20 août 2020

Sylvain Caron - scaron@inmedias.ca

Thurso tolère maintenant le cochon vietnamien

Cochon vietnamien

©PIxabay - Info Petite-Nation

À la suite de renseignements obtenus de la part de citoyens à savoir qu’un résident de Thurso possédait un cochon vietnamien, qui ne figure pas parmi les animaux de compagnie acceptés sur le territoire de la ville, celle-ci a décidé par résolution de le tolérer lors de la dernière réunion du conseil municipal.

L’histoire débute il y a déjà quelque temps alors que certains citoyens ont observé que quelqu’un marchait avec son petit cochon dans les rues de leur quartier. Ceux-ci ont alors téléphoné à la ville pour rapporter ce fait, raconte le maire, Benoit Lauzon.

Selon lui, la règlementation actuelle ne le permettait pas. La ville n’a donc pas modifié son règlement pour accepter officiellement l’animal, mais a plutôt accordé une tolérance qui permettra d’observer la situation et de pouvoir intervenir plus tard, si le besoin se faisait sentir.

Si la règlementation actuelle avait été observée à la lettre, le propriétaire aurait dû se débarrasser de l’animal ou se serait exposé à une amende de la part de la ville selon le maire.

Tolérance

Avant de tolérer l’animal, la ville est allée s’informer selon M. Lauzon. «Ce n’est pas immense [comme animal], c’est la grosseur d’un chien, observe-t-il. On sait que c’est [un animal] qui va dans la litière et qui est très propre.»

Implication de la SPCA

Dans la ville de Thurso, il n'y a pas de médaille pour ce genre d’animal contrairement à un chien par exemple. Par contre, comme pour tout animal, c’est à la SPCA que revient la tâche de faire respecter le règlement municipal.

Dans le cas des cochons vietnamiens, s’il y en a sur le territoire et que la ville en est informée, M. Lauzon a stipulé que l’organisme se chargera de faire les suivis nécessaires.

Selon le maire, ce sont donc des agents de la SPCA qui ont été mandatés d’aller annoncer la bonne nouvelle au propriétaire à savoir qu’il lui était maintenant permis de garder son cochon.

Selon les informations que M. Lauzon a obtenues, le propriétaire se serait débarrassé de son animal dans les derniers jours, craignant le refus de la ville et ayant trouvé un preneur pour s’occuper de sa bête.

M. Lauzon a tenu à rassurer les citoyens qui voudraient se procurer un cochon vietnamien. «La résolution est là. Si quelqu’un veut avoir un cochon vietnamien, c’est accepté sur le territoire», a-t-il confirmé.

Règlement sur les animaux

Le règlement sur la garde d’animaux est disponible sur le site internet de la ville de Thurso. La section 4 du document stipule entre autres les modalités pour la garde d’animaux et les espèces autorisées ou non. On y apprend notamment qu’il est interdit de garder des pythons, des boas, des anacondas ou tout autre serpent pouvant atteindre 3 mètres à l’âge adulte.

Une autre donnée importante est la limite du nombre de chiens par logement, sur le terrain où est situé le logement ou toute dépendance de celui-ci, qui est de 3. Il n’y a aucune mention pour tout autre type d’animal. Le règlement demande par contre que ces animaux soient bien traités.

Cependant, lorsqu’une chienne met bas, une période de 3 mois est accordée pour le sevrage des petits. Après cette période, le gardien de l’animal doit se conformer au règlement municipal. 

Il est également demandé à un gardien d’animal de faire soigner ou euthanasier celui-ci lorsqu’il le sait malade.

Il est aussi interdit d’abandonner un animal pour s’en défaire. Le citoyen qui ne veut plus d’un animal se doit, selon le règlement, de le donner à ses frais à une autorité compétente comme la SPCA qui va en disposer par adoption ou euthanasie.

Lorsqu’un animal décède, il est exigé qu’on dispose de celui-ci dans les 24 heures suivant le décès, soit en le donnant à la SPCA ou en en disposant selon les méthodes approuvées par le ministère de l’Environnement et de la Faune du Québec.

Nourrir les animaux

La ville de Thurso interdit aux citoyens de nourrir les canards et les goélands sur les berges des rivières et les lacs de son territoire.

Il est également défendu de nourrir, de garder ou d’attirer les écureuils, les pigeons ou tout autre animal vivant en liberté sur le territoire de la ville de façon à nuire à la santé, à la sécurité ou au confort d’une ou plusieurs personnes du voisinage.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média