Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 juillet 2020

Sylvain Caron - scaron@inmedias.ca

Un comité dédié à la relance économique

Relance Papineau

La Chambre de commerce Vallée de la Petite-Nation (CCVPN) a annoncé mercredi la mise en place d’un comité dédié à la relance économique. Ce comité a pu voir le jour avec l’aide financière de partenaires comme Services Québec, la SADC Papineau-Collines et la MRC Papineau.

Selon Lynda Breton, gestionnaire de projets du comité Relance Papineau, le travail déjà effectué par les partenaires va se poursuivre avec ce comité. Elle ajoute qu’une ressource va contacter les petites entreprises de la MRC. «Il y a près de 700 entreprises et beaucoup de travailleurs autonomes, a-t-elle ajouté. On veut les contacter et leur offrir un service personnalisé pour voir le type d’aide dont ils ont besoin.»

Avec le nombre grandissant de programmes disponibles pour les entreprises depuis le printemps, il peut parfois difficile pour un entrepreneur de s’y retrouver. «Ce n’est pas qu'ils sont méconnus nécessairement. C’est juste qu’il y en a tellement. Pendant la crise, ça a été un moment exceptionnel où il y en a eu énormément en très peu de temps» souligne Lynda Breton.

Mme Breton affirme que beaucoup d’entreprises ont obtenu de l’aide gouvernementale ciblée, mais pas nécessairement monétaire. «On veut voir comment on va les aider, parfois c’est dans le développement de leurs affaires [qu’elles ont besoin d’aide]», a-t-elle ajouté.

Observation constante

Pour Mélanie Hotte, présidente de la CCVPN, il est important de garder une vigie constante des différents programmes d’aide, car ils évoluent rapidement selon la situation. Elle réitère également le désir d’offrir un service personnalisé aux entreprises.

Un été occupé pour certains

Étant donné la fermeture de la frontière avec les États-Unis, les régions touristiques se sont vues prises d’assaut par les voyageurs québécois selon Mme Hotte. «Il y a une vague de tourisme et d’occupation comme on n’avait peut-être pas prévu.»

Cette affluence fait en sorte que certains commerçants ne peuvent s’informer de tout ce qui leur est offert en ces temps très chargés. Le comité entre donc ici en jeu. «Il y a quelqu’un qui va appeler [les entrepreneurs]. C’est très important de prendre le temps de parler avec la ressource, même pour 10 ou 15 minutes afin de faire connaitre ses besoins», a ajouté Mme Hotte.

Portrait de la situation

Mélanie Hotte souligne également que les données recueillies vont servir à dresser un portrait global de la situation et des besoins. «Parfois, on pense qu’avec la crise qui s’est passée ça a très mal été, mais ce n’est peut-être pas nécessairement [vrai] pour tout le monde », a-t-elle déclaré.

Elle a mentionné également comment les entreprises se sont réinventées avec la crise pour modifier leur offre de service. Elle compte donc sur la collecte de données durant les prochains mois pour déterminer et diffuser les bons coups de tout un chacun.

Lynda Breton affirme également que plusieurs entreprises ont des enjeux communs. Les données recueillies vont permettre, selon elle, de faire le lien entre les entreprises de façon à ce qu’elles partagent leurs bonnes pratiques.

Fermetures temporaires et permanentes

Le but de la procédure qui sera effectuée avec Mme Breton est d’obtenir un portrait plus juste sur ce qui arrivera avec certaines entreprises au niveau des fermetures qu’elles soient temporaires ou permanentes. «Quand elles ferment, ce n’est pas nécessairement au niveau budgétaire, parfois c’est au niveau de la mise en place de la sécurité, de gérer la clientèle, qui peut être difficile pour un petit commerce», mentionne Mme Hotte.

Elle souligne également le fait que ces commerçants doivent parfois engager des gens pour s’occuper de l’aspect sécurité afin de gérer le flot de clientèle qui n’était pas prévu. «Parfois ce sont des choix personnels», a déclaré Mélanie Hotte.

Elle a apporté le fait qu’avec le tourisme, plusieurs entrepreneurs n’ont pas eu le temps d’examiner leurs intentions. «Pour l’instant des fermetures il n’y en a pas beaucoup. Il y en a, mais avec le tourisme qui est arrivé très vite, on ne sent pas nécessairement actuellement qu’il y a des fermetures [en vue]. On veut savoir justement quel est leur plan de match. Est-ce qu’ils ont eu le temps de réfléchir? Ce dont on se rend compte, c’est qu’ils n’ont même pas eu le temps de faire une réflexion», a affirmé Mélanie Hotte.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média