Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

23 juillet 2020

Sylvain Caron - scaron@inmedias.ca

Un cinéparc à St-Émile-de-Suffolk

Cinéparc

©Pixabay - Info Petite-Nation

En raison de l’annulation de beaucoup d’activités en raison de la pandémie, la municipalité de St-Émile-de-Suffolk a décidé, comme beaucoup d’autres villes, d’organiser un cinéparc. L’activité aura lieu ce samedi 25 juillet à 21h30 sur la rue du parc tout à fait gratuitement. La formule «premier arrivé, premier servi» a également été retenue.

Le film présenté sera Le voyage du Dr Doolittle, mettant en vedette l’acteur américain Robert Downey Jr et sorti en salle en janvier, quelques semaines avant le confinement. «On voulait quelque chose de familial, c’était bien important pour nos familles.

Selon la technicienne en loisirs de la municipalité, Julie Paradis, l’espace peut contenir environ une cinquantaine de voitures, bien que le nombre exact lui soit difficile à évaluer.

«Le maire a pensé que ce serait une bonne idée un cinéparc sur ce terrain-là», mentionnait Mme Paradis. Le terrain est un peu moins utilisé ces dernières années vu la construction du dôme près des bureaux de la municipalité selon Julie Paradis. « On ne veut pas qu’il meure ce parc-là », a-t-elle déclaré.

Droits de diffusion et production

Bien évidemment, lorsqu’on veut présenter un film en public, il faut s’acquitter des droits de diffusions de l’œuvre. Dans le cas de la municipalité, on parle de quelques centaines de dollars.

La plus grande part de la facture de présentation du film vient de l’aspect de la diffusion. C’est donc la compagnie Proson qui se chargera de la partie technique de l’événement.

Selon Julie Paradis, l’annulation de beaucoup d’activités comme les camps de jour et le spectacle latino en raison des mesures sanitaires, créait un espace dans le budget alloué aux loisirs. Ceci permet donc la présentation du film. «Tant qu’à tout annuler, on voulait garder quelque chose. C’est pour ça qu’on voulait le faire gratuitement», a-t-elle mentionné.

Pour l’instant, cette activité est unique, mais selon Mme Paradis il n’est pas exclu de répéter l’expérience si l’activité est populaire et qu’il y a une certaine demande.  

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média