Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 mai 2020

Le confinement s’assouplit pour les aînés

La prudence reste de mise

Main aîné

©Gracieuseté Pixabay

Par Maxime Coursol

«Ce n’est pas humain qu’une personne, pendant deux mois, ne puisse pas voir ses enfants.» Ces mots du premier ministre du Québec, François Legault, résume bien le contenu de sa conférence de presse du 5 mai.

Aux yeux du gouvernement, l’heure est venue d’assouplir graduellement les règles de confinement pour les aînés de 70 ans et plus. Le tout doit cependant s’effectuer de façon ordonnée. « On ne déconfine pas complètement, précise le Dr Horacio Arruda, directeur de la Santé publique du Québec. On va permettre que les aînés puissent prendre des marches sans chaperon et visitent leurs proches en respectant la distance de 2 mètres et les règles d’hygiène, mais des mesures doivent continuer de s’appliquer. »

Parmi ces mesures, soulignons l’ouverture d’une plage horaire spécifique dans les commerces essentiels pour les aînés, à compter du 11 mai, et l’interdiction des rassemblements familiaux qui demeure en vigueur.

De plus, les proches de gens en unité de soins palliatifs pourront désormais y entrer pour venir dire adieu à ceux-ci, qu’ils soient mourants ou non. Enfin, les aidants naturels pourront recommencer à aller visiter leurs proches dans les CHSLD et autres résidences pour aînés. Depuis le 14 avril, ils en avaient la possibilité, mais chaque établissement décidait ou non s’ils pouvaient entrer ou pas.

Désormais, le mot d’ordre est d’autoriser leurs visites dans tous les établissements: une décision saluée par le Regroupement des aidants naturels du Québec, qui a déclaré par voie de communiqué souhaiter que les proches aidants puissent « se faire remplacer par un membre de leur entourage si eux-mêmes sont à risque et que tous les proches aidants se feront fournir des protections individuelles (gants, masques...). » Rappelons que présentement, seuls les proches aidants apportant une aide significative avant la pandémie peuvent revenir en établissement, selon la directive de Québec.

La ministre Blais monte au créneau

Présente aux côtés du premier ministre, Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés, a par ailleurs livré un vibrant plaidoyer pour revoir en profondeur le système actuel des CHSLD. « Les CHSLD ont toujours été les parents pauvres du système de santé: il est temps que ça change! », a-t-elle lancé. Déplorant que ces milieux de vie soient déshumanisés et que plusieurs bâtiments soient vétustes, elle a écorché les gouvernements précédents qui n’ont pas investi dans ces institutions, ce qui aurait contribué à la crise actuelle.

« Notre gouvernement en avait déjà fait une priorité, rappelle-t-elle. Depuis deux ans, le budget alloué aux CHSLD ont augmenté mais il faut aussi cesser le déplacement du personnel entre les établissements et renforcer l’autonomie de chaque centre sur le plan du matériel et de l’équipement. Ça prend aussi de meilleures conditions de travail pour une meilleure rétention du personnel et plus de permanence. »

Abondant dans le même sens, le premier ministre Legault a réitéré son engagement d’augmenter le salaire des préposés aux bénéficiaires et a reconnu qu’attendre en 2020 pour le faire lors des négociations des conventions collectives n’avait pas été assez rapide, au vu de la crise actuelle. Il a assuré que les négociations avançaient à ce propos avec les syndicats et que si on n’arrivait pas à une entente, le gouvernement agirait dans ce dossier « de façon unilatérale »: autrement dit, qu’un décret pourrait être adopté pour imposer de meilleures conditions à ces employés de l’État.

Bilan de la journée

-33 417 cas (en hausse de 794)

-2398 décès (en hausse de 118)

-306 résidences pour aînés touchées (tant privées que publiques)

-4804 résidents atteints

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média