Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

01 avril 2020

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Les gens continuaient de se déplacer

Pandémie de COVID-19

Chantal Lamarche

©L'info de la Vallée-Archives

Malgré les demandes répétées des élus de la région, les gens continuaient de se déplacer en Outaouais et c’est ce qui a mené la Conférence des préfets de l’Outaouais à demander une mesure de contrôle pour la région.

La présidente de la Conférence et préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, confirme que les sorties publiques, notamment celle du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin et du maire d’Ottawa, Jim Watson, n’ont rien donné.

Les gens continuent de se déplacer entre les MRC et entre les MRC et Ottawa ou d’autres régions du Québec selon la situation géographique. «Il y a autant de circulation depuis une semaine qu’avant l’intervention de M. Pedneaud-Jobin.»

«Je crois que les gens se croient plus à l’abri à la campagne, ajoute-t-elle pour tenter d’expliquer cette situation. Ils croient peut-être que le virus ne peut pas se rendre.»

Protection

Mme Lamarche croit que cette mesure permettra de garder le faible nombre de cas dans la région et surtout dans les milieux ruraux. «Le taux de Covid-19 est plus élevé dans l’urbain. Il y a 45 cas dans l’urbain et cinq dans les quatre MRC de l’Outaouais. On ne sait pas spécifiquement ils sont dans quelle MRC. Donc la masse est dans l’urbain. On doit protéger l’urbain et on doit protéger également les MRC rurales où le taux est très bas. On a une clientèle éloignée et un réseau de santé pas assez fort pour répondre aux besoins si la pandémie grandirait dans les milieux ruraux.»

Des points de contrôle seront donc installés à différents endroits. Ces détails seront dévoilés par la Sûreté du Québec au courant de la journée. Il est certain qu’il y en aura sur les ponts entre Gatineau et Ottawa.

Dans les autres MRC, la surveillance se fera différemment. «Par rapport aux MRC, étant donné qu’on a des MRC très vastes et très grandes, ça va être des points stratégiques qui peuvent être aléatoires et  qui peuvent changer et être en alternance selon le bon jugement des policiers.»

Le but est d’éviter tous déplacements non essentiels. La préfète de la MRC a notamment indiqué que les gens qui travaillent et qui sont à leur chalet pourraient ne pas pouvoir y retourner. «Un chalet, ce n’est pas un service essentiel», a-t-elle mentionné.

Elle estime que chaque personne doit se responsabiliser dans cette situation pour éviter les risques de propagation de la maladie. «C’est l’affaire de tout le monde.»

SQ

Il n’y aura pas de barrages routiers permanents, mais plutôt des points de contrôle aléatoires à travers ces quatre nouvelles régions sous surveillance indique Marc Tessier de la Sûreté du Québec.

« Techniquement les citoyens doivent déjà rester chez eux », rappelle-t-il. Québec demande effectivement depuis plusieurs jours d’éviter les déplacements interrégionaux et de limiter les déplacements à l’essentiel, l’épicerie par exemple.

Les gens qui résident dans l’une des MRC concernées pourront continuer à circuler à l’intérieur de celle-ci, explique l’agent Tessier. Ce sont les déplacements entre les régions, à part pour les services essentiels, qui ne sont pas autorisés.

« Le message c’est: restez chez vous. Les touristes qui viennent se désennuyer ce n’est pas le temps. »

Du côté de l’Outaouais, Marc Tessier indique que les traversiers pourraient faire l’objet de contrôles aléatoires comme les principaux axes routiers.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média