Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

21 février 2020

Alex Proteau - aproteau@lexismedia.ca

Hébergement à court terme à Lac-Simon: une décision attendue par les citoyens

Moratoire Lac-Simon

©Alex Proteau - Info Petite-Nation

Plusieurs citoyens étaient réunis le vendredi 7 février à la séance du conseil municipal de Lac-Simon

La municipalité de Lac-Simon se prononcera dans les prochaines semaines sur l’avenir de l’hébergement à court terme dans sa municipalité.

Un moratoire a été effectué vers la fin de l’été à ce sujet. Les commentaires ont été envoyés à une firme externe et celle-ci donnera leurs recommandations sous peu.

Le maire de Lac-Simon, Jean-Paul Descoeurs, mentionne que la réflexion est faite à la suite de différentes plaintes à la municipalité. «Des plaintes ici, il y en a pas rien qu’à peu près.»

«L’objectif comme conseil c’est de respecter les gens qui sont là. C’est sûr que des gens qui veulent faire des affaires c’est une chose, mais il faut respecter les gens», ajoute-t-il.

Jean-Paul Descoeurs

©Alex Proteau - Info Petite-Nation

Le maire de Lac-Simon, Jean-Paul Descoeurs

Citoyens

Certains Simonets tels Linda Lauzon tentent de comprendre l’orientation du conseil municipal du Lac-Simon et pense que le tout mérite d’être plus étudié. «On arrête quelque chose, juste parce que les gens ne veulent plus se faire déranger. Et ce n’est pas la bonne raison.»

Celle-ci doute de la pertinence d’une interdiction complète de l'hébergement à court terme comme Airbnb avec la venue de grands événements dans la municipalité. «On parle de ramener la traversée du lac Simon et de faire de plus en plus de choses pour ramener des gens pour faire marcher nos business que nos infrastructures commerciales payent plus de taxes. Mais, de l’autre côté, on veut amener des gens ici, mais on ne pense pas à la façon qu'on va les héberger. C’est quoi le plan?»

«Mon message est clair: avant de même penser à réglementer ça […], il faut qu’ils adoptent un plan global et qu’un exercice solide soit fait.»

Le citoyen de Lac-Simon, Christian Bergeron, croit qu’il y a un travail de sensibilisation à faire quant à l’hébergement à court terme. «Les gens ont vraiment une mauvaise perception du mot Airbnb (…) C’est ça qu’il faut travailler. Les citoyens doivent expliquer au conseil municipal la transparence derrière tout ça. On entend parler des affaires à Ottawa ou à Montréal par rapport à Airbnb, mais ce n’est pas le même contexte ici.»

Les membres du conseil municipal rappellent que le moratoire n’est pas terminé. «On va l’extensionner jusqu’à tant qu’on ait fini le rapport», a précisé le conseiller de Lac-Simon, Gilles Ladouceur.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média