Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

19 février 2020

Alex Proteau - aproteau@lexismedia.ca

Réflexion commune sur le développement minier dans l’Outaouais

mine CREDDO MRC PHARAND LAUZON

©Alex Proteau

De gauche à droite: le directeur général du CREDDO, Benoit Deloge, le représentant de la MRC de Papineau dans le dossier, David Pharand, le préfet de la MRC de Papineau Benoit Lauzon et le porte-parole du Regroupement de protections des lacs de la Petite-Nation, Louis St-Hilaire, souhaitent sensibiliser la population sur le développement minier en Outaouais

La MRC de Papineau ainsi que certains regroupements, comme le Regroupement de protection des lacs de la Petite-Nation (RPLPN), s’inquiètent de l’harmonisation des activités minières avec les différents attraits du territoire.

Le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO), le préfet de la MRC de Papineau Benoit Lauzon et le RPLPN étaient réunis aujourd’hui à Montebello afin de faire entendre leur message au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN).

Les trois instances émettent quelques concepts à prioriser et qui constituent des enjeux régionaux d’importance telle la conciliation avec des activités touristiques, le respect des collectivités locales et l’économie circulaire et la réduction des sources.

Le RPLPN indique dans son mémoire être «très préoccupé par le risque que notre territoire devienne une région minière et demande que les activités minières soient interdites dans les zones désignées par la MRC Papineau comme étant réservées à la villégiature, au récréotourisme, à l’écotourisme et à la foresterie».

En date du 1er février, 10 municipalités de la Petite-Nation ont adopté la résolution du RPLPN soit Duhamel, Montebello, Papineauville, Saint-André-Avellin, Ripon, Chénéville, Montpellier, Notre-Dame-de-Bonsecours, Plaisance et Lac-Simon. Différents organismes tels Kenauk Nature, Conservation de la nature Canada et Coalition pour que le Québec ait meilleure MINE ont également appuyé.

«Nous souhaitons que le message qui est véhiculé par la MRC de Papineau, le CRÉDDO et le Regroupement de protections des lacs de la Petite-Nation interpellent le ministre afin que nos prises de décisions respectives soient entendues et surtout considérées dans la démarche», mentionne le préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon.

«Tout est en lien avec le schéma d’aménagement de la MRC. Cette compétence-là nous appartient. Le schéma d’aménagement est une compétence qui appartient à la MRC de Papineau qui nous a été donné par le gouvernement du Québec», conclut-il.

Historique

Mine Graphite Outaouais Laurentides et Lanaudière

©Courtoisie - Info Petite-Nation

La portion délimitée en rouge représente les activités minières susceptibles en Outaouais, dans les Laurentides et à Lanaudière.

L’enjeu a pris de l’ampleur au cours des derniers mois en raison du projet de mine de graphite La Loutre, projet auquel une entreprise minière souhaiterait s’installer aux portes de la réserve faunique Papineau-Labelle.

Le responsable de la MRC de Papineau dans le dossier, David Pharand, reconnait la convoitise de certains minéraux tels le graphite et le lithium dans les prochaines années à venir. «Le besoin dans ces matériaux-là va s’accroitre de façon exponentielle dans les années à venir pour desservir pour l’électrification du Québec, mais également pour la conversion des besoins qui proviennent des produits fossiles vers l’électrification (batterie, autos électriques).»

«Le gouvernement nous annonce qu’on va avoir besoin de 10x plus de batteries d’autos dans les 10 prochaines années et on a besoin pour ce faire de beaucoup de minéraux. On a à travailler fort pour arriver à une stratégie qui va nous amener à cette conversion-là. On devient donc un joueur important et l’arrivée d’une mine chez nous comme celle de la Loutre a été réfléchit comme une problématique beaucoup plus globale et régionale que juste une mine à côté d’un lac», ajoute-t-il.

Extrait du mémoire déposé par la MRC de Papineau

  • «Les conséquences des gestes que nous posons sur notre environnement exigent que nous agissions de manière responsable. Un équilibre est à créer et à maintenir entre les dimensions sociales, environnementales et économiques du développement.»
  • «Le développement durable du territoire est donc un choix nécessaire si nous voulons que les générations futures puissent aspirer à une qualité de vie qui sera au moins égale à la nôtre, en souhaitant qu’elle soit meilleure.»
  • «Dans cette perspective, les municipalités locales et régionales doivent orienter la planification territoriale vers des objectifs cohérents avec le développement durable. Les municipalités sont les premiers responsables publics du développement local et de l’aménagement du territoire. Toutefois, pour y arriver, le gouvernement du Québec doit, dans la définition des orientations gouvernementales en matière de mise en valeur des minéraux critiques et stratégiques, faire transparaitre certains concepts éprouvés tels l’économie circulaire, la participation citoyenne et le principe de pollueur-payeur.»

 

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média