Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

08 janvier 2020

Alex Proteau - aproteau@lexismedia.ca

Faire bénéficier la communauté par le biais d’une soupe

le 21 janvier au Centre d'action culturelle de la MRC de Papineau

La Plume

©Alex Proteau - Info Petite-Nation

L’événement aura lieu le 21 janvier

Deux organismes de la région, La Plume Atelier d’éducation populaire et l’Alliance Alimentaire Papineau, lancent un nouveau projet, Une soupe pour un projet, une initiative émise pour rassembler la communauté.

Le principe est le suivant. Pour participer, il suffit de penser à un projet destiné à la communauté. Quatre personnes auront l’occasion, le 21 janvier au Centre d’action culturelle de la MRC de Papineau, de présenter leur idée. Elles disposeront de quatre minutes chacune pour convaincre le jury (les invités). Ces derniers, alors qu’ils partageront une soupe, pourront poser quatre questions aux candidats et voteront par la suite pour leur coup de cœur. Le projet qui obtiendra le plus de votes remportera les contributions et dons amassés lors de la soirée.

«On ne met pas de barème sur l’idée du projet. Ça peut être un enfant, une personne âgée. L’important, c’est que ça bénéficie à la communauté», mentionne la chargée du projet, Tanya Landry. Elle souhaite aussi que la distance ne soit pas une barrière pour les participants. «Le défi est d’attirer les gens de la Petite-Nation. S’il y a quelqu’un de Duhamel qui a un projet, on aimerait qu’il vienne le présenter.»

L’équipe de La Plume et Tanya se sont inspirées d’un projet au Centre-Sud de Montréal intitulé Soupe Locale Centre-Sud. 

La Plume, qui exerce ses activités au 149 rue Principale à Saint-André-Avellin, souhaite que cette soirée les aide à les faire connaître. «Nos services s’adressent aux personnes âgées de 16 ans et plus qui ont des difficultés en calcul, en lecture et en écriture. Dans la MRC de Papineau, le besoin est définitivement là», accorde Tanya Landry.

«Une personne sur cinq a des difficultés de lecture, d’écriture ou calcul. Ils peuvent être fonctionnels dans la vie de tous les jours, mais pour certains ça peut être plus difficile», ajoute Tanya.

Une contribution volontaire sera demandée à l’entrée.

Les personnes intéressées à présenter leur projet peuvent contacter La Plume pour plus d’informations.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média